03 21 54 58 58

La crise sanitaire que connait actuellement le pays entraine un requestionnement et une redéfinition des modes d’apprentissage et de formation.

Dans son décret du 2 avril 2021 et dans ses instructions des jours suivants, l’état français demande aux associations d’éducation populaire, organismes de formation BAFA-BAFD d’organiser la formation des futurs animateurs volontaires à distance.

  • Comment former des jeunes à une mission de lien social sans intéraction physique avec leurs pairs ?
  • Comment former des personnes à être un acteur de l’enfance sans échange, sans débat, sans confrontation ? Comment préparer cette jeunesse à encadrer des mineurs sans être confronter à l’expérimentation, au collectif ?
  • Comment leur forger des opinions et des modes d’actions collectives derrière un ordinateur ? Comment rendre accessible à tout.e.s la formation, au regard de l’inégalité d’accès aux outils numériques ?

Autant de questions que soulève l’ouverture de la porte du BAFA en distanciel. Aujourd’hui, nous, organismes de formation, organisateurs d’accueils collectifs de mineurs, refusons de former de cette manière. Prôner le distanciel montre une certaine méconnaissance du BAFA-BAFD et de son ADN.

Le BAFA permet à des jeunes à partir de 17 ans de se former à animer, à prendre des responsabilités, à donner du plaisir dans un cadre éducatif, à une enfance, une adolescence, parfois déjà malmenées. Cette formation n’entre pas dans le champ de la formation professionnelle, mais dans un parcours d’engagement citoyen, vecteur d’émancipation. Animée par les valeurs de l’éducation populaire, la formation BAFA est basée sur des échanges, des mises en situation, des animations et des expérimentations. Pour cela, elle demande un « plateau » technique permettant l’acquisition d’aptitudes comportementales à animer des temps d’activité et de vie quotidienne, à travailler au sein d’une équipe d’adultes dans une dynamique pédagogique de prises de responsabilités, d’engagement volontaire et de développement de l’autonomie.

Ce parcours d’animateur volontaire ne peut s’effectuer sans relations humaines, sans échanges collectifs et sans expérimentations pratiques.

Pour maintenir un encadrement de qualité cet été sur les accueils collectifs, séjours et colos, qui devra permettre aux enfants et adolescents de sortir de leurs problématiques et angoisses confinées, merci de rejoindre les signataires à la pétition:

http://chng.it/krszQk6dNT

COVID 19 : Nous mettons régulièrement le site à jour en fonction de l'évolution de la crise sanitaire.

X
X