Accueil du site | Accessibilité | Rechercher | Menu | Contenu | Plan du site | | Contact

Fédération des foyers ruraux 59/62

 

Statistiques du site
Visites :
6 visiteur(s) connecté(s)
96 visiteurs par jour
116715 visiteurs depuis le début
Publication :
113 Articles
0 Brèves
0 Sites référencés

Sélection dévoreurs Ruralivres Pas de Calais 2018

26 octobre 2016 - Dernier ajout 20 novembre 2017
par Noëlle MOREAU

La commission Ruralivres Pas de Calais s’est réunie ce jour.

Vous trouverez ci dessous son choix pour l’année 2017/2018.


Qui décide tous les soirs, d’allumer les étoiles ?

de Carine BAUSIERE aux éditions Ravet-Anceau

Moi, c’est Camille. Je ne peux pas dire que je nage dans le bonheur. Mon père n’y comprend rien aux trucs de filles, mon petit frère Babar me colle constamment et je n’ai toujours pas de chéri. Mais surtout, surtout, je n’ai plus de maman. Elle est morte brutalement et nous a tous laissés complètement déboussolés.
Heureusement, je peux compter sur Benjamin pour me remonter le moral avec ses blagues presque drôles. Benjamin, c’est mon meilleur ami. Ce serait aussi mon amoureux idéal s’il ne préférait pas les garçons.


La maison des reflets

de Camille BRISSOT aux éditions Syros

Depuis 2022, les Maisons de départ ressuscitent les morts grâce à des reflets en quatre dimensions qui reproduisent à la perfection le physique, le caractère, et le petit je-ne-sais-quoi qui appartient à chacun.
Les visiteurs affluent dans les salons et le parc du manoir Edelweiss, la plus célèbre des Maisons de départ, pour passer du temps avec ceux qu’ils aimaient. Daniel a grandi entre ces murs, ses meilleurs amis sont des reflets. Jusqu’à ce qu’il rencontre Violette, une fille imprévisible et lumineuse…


Le collège des éplucheurs de citrouilles

de Laure DESLANDES aux éditions Ecole des loisirs

En apprenant qu’il entrait en cinquième au collège des Museaux, Elliot avait trouvé le nom de l’établissement plutôt marrant, il s’était même dit qu’il allait pouvoir y changer de vie, en finir avec ses ennuis. Tu parles ! Il risque de trouver le temps long ici. Il n’y a pas de réseau et pas de WiFi. Des profs complètement barges, des élèves nourris au quinoa qui trouvent normal d’apprendre l’estonien en LV1 ou de grimper aux arbres en EPS.
Sans parler de cette fille au prénom bizarre, Péline, une grande rousse qui s’est mis en tête d’accueillir les nouveaux internes…


Hugo de la nuit

de Bertrans SANTINI aux éditions Grasset jeunesse

« L’oncle d’Hugo allait presser l’interrupteur de la lampe de chevet lorsque l’enfant le retint par la main.

  • Attends… J’avais encore une question à te poser…
  • Quoi donc ? sourit son oncle.
  • Je me demandais… Tu penses qu’un mort, ça peut se déterrer tout seul ?
    Son oncle écarquilla les yeux pour souligner l’absurdité de la question.
  • « L’enfer est vide. Tous les démons sont parmi nous », dit-il dans un souffle.
  • Qu’est-ce que ça veut dire ?
  • C’est du Shakespeare et cela signifie que les vivants sont plus à craindre que les morts.
    Hugo fronça les sourcils d’un air dubitatif.
  • Et sur ce constat d’épouvante, conclut Oscar dans un large sourire, je te souhaite de beaux rêves !

Lumière, le voyage de Svetlana

de Carole TREBOR aux éditions Rageot

Hantée par la dernière volonté de sa mère adoptive, Svetlana quitte le Paris des Lumières pour rejoindre la Russie des tsars. Au cours de ce voyage, elle rencontre des êtres mystérieux, Varlaam et Mira, et se découvre d’étonnants pouvoirs...
Pour accepter sa véritable identité, Svetlana doit affronter sa part d’ombre. Et qui, de Boris l’officier d’élite, ou d’Aliocha, le paysan rebelle, l’aidera à se révéler à elle-même ?


Les valises

de Sève LAURENT-FAJAL aux éditions Gallimard

Ce dimanche de 1982 dans le car qui emmène sa classe, Sarah n’est pas de bonne humeur. Sa meilleure amie, Josy, ne lui parle plus. Ce frimeur de Jérôme avec sa cour l’exaspère. Et ce voyage scolaire pour aller voir les barbelés d’Auschwitz est interminable.
Mais sur place, devant un amoncellement de valises exposées dans une vitrine, elle est bouleversée. Un nom écrit à la craie sur l’une d’elles la saisit jusqu’au malaise : Levin.


calle

calle